top of page

Focus sur 10 pilotes exceptionnels

Dernière mise à jour : 4 déc. 2023

Préparez-vous à plonger dans l’univers incroyable des maîtres des cieux. Je vous parle bien de ceux qui défient l'apesanteur à des vitesses démesurées, de ceux qui domptent les avions les plus puissants sans jamais perdre leur sang-froid et de ceux qui se hissent au sommet de la nation pour la sauver : les héros de l’aviation. La reconnaissance d’aéronefs, la dissuasion et l’interception des ennemis, voilà leur quotidien.


F-16 Solo Display

Mais comment les pilotes de chasse parviennent-ils à une telle maîtrise ? Les pilotes dotés d’une grande capacité de concentration et d’une résistance au stress pourront aspirer au statut d’as, obtenu après cinq victoires authentifiées en combat aérien. Venez découvrir maintenant notre focus sur 10 pilotes qui auront marqué à jamais l’histoire de l’aviation !






1. Manfred von Richthofen - "Le Baron Rouge" (1892-1918)


Manfred von Richtofen

Le capitaine allemand “Baron Rouge”, de son vrai nom Manfred von Richthofen, obtient la première place de classement pour avoir trôné au sommet des empires centraux pendant la Première Guerre mondiale.


À seulement 11 ans, il s’engage dans une formation militaire, encouragé par son père officier de la cavalerie. Il s’enrôle ainsi pour la première fois dans l’armée impériale allemande en tant que cavalier au 1er régiment d’uhlans de la Garde. En 1915, il est enfin accepté à l’école de pilotes de Johannisthal et peint son avion en rouge vif, ce qui lui valut le surnom de “Baron Rouge”.


Au total, Richthofen compte 80 victoires en combat aérien. Sa stratégie de combat a fait de lui l’as de l’aviation le plus célèbre de la Première Guerre mondiale. Connu notamment pour avoir escorté ses pilotes blessés jusqu’à leur base en utilisant son avion comme bouclier, le Baron Rouge a suscité beaucoup d’émotion lors de sa disparition en 1918 autant du côté allemand que du côté allié. Il est devenu l’une des figures les plus emblématiques de l’histoire de l’aviation.


Anecdote :


Manfred Von Richtofen, véritable chevalier du ciel, est également célèbre pour avoir abattu un avion ennemi, puis sauvé son pilote blessé. Au lieu de le laisser agoniser dans les débris, il a effectué un atterrissage d'urgence, a secouru ce dernier et l'a emmené à l'arrière des lignes allemandes pour recevoir des soins médicaux.


2. René Fonck - "La cigogne blanche" (1894 - 1953)


René Fonck

René Fonck est l’un des pilotes de chasse les plus décorés au monde. Dès l’enfance, celui-ci est marqué par une fascination pour le ciel et manifeste un intérêt vif pour les machines volantes. À 10 ans, il fabrique son premier planeur artisanal. À 18 ans, Fonck travaille comme mécanicien et pilote de ballon d’observation. Cette passion pour le vol lui réussit puisqu’il est reçu à l’école de pilotage de Pau un an après le début de la Grande Guerre. 


En 1917, Fonck rejoint l’escadrille N 48 et démontre rapidement son habileté à choisir ses cibles et à privilégier l’attaque par derrière. Avec ses 75 victoires aériennes confirmées, la Cigogne Blanche entre en concurrence avec le Baron Rouge pour le titre d’as le plus prolifique. Richthofen l’emporte, mais Fonck poursuit sa passion pour l’aviation après la guerre au travers de compétitions aériennes et reçoit de nombreuses distinctions pour son héroïsme de guerre. 


Anecdote : 


Pendant la Première Guerre mondiale, Fonck s’est impliqué dans une rencontre remarquable avec le baron allemand Manfred Von Richtofen. Les deux as se sont croisés et ont échangé des saluts au lieu de s’engager dans un duel meurtrier. Fonck expliquera plus tard qu’il avait une grande admiration pour le courage et la technique de Richtofen.



3. Chuck Yeager - le briseur du mur du son (1923 - 2020) 


Chuck Yeager

Charles Elwood Yeager de son vrai nom, est célèbre pour avoir franchi en premier le mur du son à bord de la fusée Bell X-1. Grand passionné, ce pilote américain a mis son expertise au service de nombreux pilotes militaires dans l’occupation de leurs postes de commandement mais aussi dans leur formation d’astronaute. 


Originaire de Virginie occidentale, le briseur du mur du son s’engage dès la fin de ses études dans l’Army Air Cops, où il est vite remarqué à l’entraînement. En 1944, pendant une mission au-dessus de la France, son P-51 Mustang est abattu, mais Yeager survit et fuit en Espagne. À son retour au Etats-Unis en 1945, il est célébré pour avoir abattu cinq avions allemands en une seule journée. 


C’est en 1947 que Yeager baptise la fusée Bell X-1 “Glamourous Glennis” du nom de sa femme et est choisi par la Flight Performance School pour devenir la première personne à franchir le mur du son à 43 000 pieds et à une vitesse maximale de 700 mph (soit environ 1126 kilomètres par heure). Pour ses exploits aéronautiques, Yeager est honoré par le trophée Mackay et le trophée Collier, remis en personne par le président Harry S. Truman à la Maison Blanche. 


Anecdote : 


Lorsque Yeager brise le mur de son, il est en réalité dans un état critique puisque deux de ses côtés sont fracturés à la suite d’un accident de cheval. Pour éviter la disqualification, Yeager garde sa blessure secrète et demande à un ami de l'aider à fermer la porte du cockpit. Il établit ainsi un nouveau record dans le monde aéronautique. 



4. Edward Mannock (1887 - 1918)


Edward Mannock

Il est l’un des plus grands “as” de la chasse de la Première Guerre mondiale. Son sang-froid et sa détermination absolue accompagnent une technique de pilotage agressive, risquée et maîtrisée ; j’ai nommé Edward Mannock. 


Mannock n’est pas prédestiné à s'engager dans l’armée, et encore moins à devenir pilote de chasse. Né de parents irlandais, il voit son père abandonné le cocon familial très jeune et accumule rapidement plusieurs emplois pour soulager la pauvreté du foyer. Lorsque la Grande Guerre éclate, Mannock est emprisonné avec d’autres Britanniques en Turquie et en 1915, il rentre malade dans son pays natal. Cette souffrance devient l’étincelle d’un futur pilote en rage de se battre : celui-ci obtient sa qualification auprès de la Royal Flying Corps en 1917 et devient capitaine l’année suivante du 74ème escadron, le “Tiger”. 


Malgré ses discours socialistes qui ne plaisent pas aux officiers, Mannock gagne leur respect par son pilotage exceptionnel et obtient très vite le statut d’as de l’aviation. Il est notamment décoré par la Croix de Victoria pour avoir vaincu neuf avions allemands entre juin et juillet 1918.


Anecdote :


Bien que très agressif en vol, Mannock avait un sens de l’honneur incomparable et ce, même envers ses adversaires : il refusait d’abattre tout pilote ennemi en parachute car il considérait cela comme contraire à l’éthique de l’aviation. 






5. Jeannie Leavitt - La pionnière des femmes pilotes de chasse (1967 - …)


Jeannie Leavitt

Jeannie Leavitt devient la première femme pilote de chasse en 1993 lorsqu’elle monte à bord d’un F-15E Strike Eagle. En 2012, elle obtient le titre de première femme à commander une escadre de combat de l’USAF.


Originaire du Missouri, Jeanne Marie Flynn grandit dans une famille d’aviateurs passionnés et rejoint l’Académie de l’armée de l’air à Colorado Springs juste après l’obtention de son diplôme d’études secondaires. De plus, elle réussit avec brio sa licence en ingénierie aérospatiale à l’Université du Texas et une maîtrise en aéronautique à l’Université de Stanford. Une fois engagée dans l’armée de l’air, elle gravit peu à peu les échelons et devient officier général. 


Jeannie Leavitt est notamment reconnue pour avoir appuyé un Tornado GR1 de la Royal Air Force menacé par un missile sol air Roland irakien pendant l’opération Southern Watch en 1996. Aujourd’hui, le lieutenant Flynn demeure une icône dans l’histoire de l’aviation militaire et a ouvert la voie à de nombreuses femmes qui aspirent au métier de pilote. Son parcours de vie a été un élément clé de l’évolution de la diversité et de l’inclusion au sein des forces armées.


Anecdote : 


Peu de temps après qu’un instructeur lui a dit que “les femmes n’ont pas leur place dans les avions de chasse”, Leavitt est devenue la première femme à diriger une unité opérationnelle de combat dans l'US Air Force, le 57th Wing à Nellis Air Force Base.



6. Ivan Kozhedub - le faucon russe (1920 - 1991)


Ivan Kozhedub

Ivan Kozhedub est une figure légendaire de l'aviation militaire soviétique. Né en 1920, il est devenu l'un des plus grands as de la chasse aérienne de la Seconde Guerre mondiale et de la guerre de Corée.


Originaire d'Ukraine, Kozhedub connaît une jeunesse marquée par les bouleversements de l'époque. Il rejoint l'Armée de l'Air soviétique en 1940 et démontre très vite sa maîtrise de l’art du combat aérien. Propulsé au rang d’as de l’aviation, celui-ci se fait surnommé Le Faucon Russe notamment grâce à son sens de l’observation hors norme, lui permettant d'anticiper les mouvements ennemis.


Pilote le plus décoré de l’Union sociétique, Kozhedub accumule un nombre impressionnant de 62 victoires confirmées rien qu’au cours de la Seconde Guerre mondiale. A la fin de la guerre, il est notamment reconnu pour avoir contribué de manière significative à l’effort de guerre de l’URSS contre l’Allemagne nazie.


Anecdote : 


Pendant la Seconde Guerre mondiale, l'une des rencontres les plus mémorables du Faucon Russe a lieu lors d'un combat contre un pilote allemand d'élite, le légendaire as de la chasse allemande, Erich Hartmann. Kozhedub a réussi à abattre l'avion de Hartmann. Après la guerre, Hartmann, qui avait survécu à cette rencontre, a déclaré qu'il avait combattu contre le meilleur pilote qu'il ait jamais rencontré.



7. Herich “Bubi” Hartmann - “Le démon noir du sud” (1922 - 1993)


Herich Hartmann

Pour beaucoup, Erich “Bubi” Hartmann représente l’as de chasse le plus prolifique de l’histoire de l’aviation. Son nom est inséparable de la Luftwaffe, l’armée de l’air allemande, pendant la Seconde Guerre mondiale. Sa légende tient notamment de son record inégalable de 352 victoires aériennes confirmées. 


L’ascension de Hartmann dans le monde de l’aviation commence en 1940, lorsqu’il rejoint les forces aériennes allemandes. À bord du Jagdgeschwader 52 (JG 52),  le pilote popularise les attaques de type “saut de puce”, des embuscades éclair capables de désorienter les adversaires en une fraction de seconde. Hartmann devient ainsi un maître tacticien du combat aérien. 


L’appellation “démon noir du sud” trouve son origine dans l’apparence de son appareil, orné d’une tulipe noire présente sur sa carlingue. Ce symbole reflète parfaitement l’aura intimidante du pilote. L’ombre de Bubi ne cesse de planer en tant que témoignage de la détermination inébranlable d’un as de la chasse. 


Anecdote : 


Hartman avait pour habitude de peindre des barres de victoires sur la queue de son avion à chaque avion ennemi abattu. Rapidement, tout l’espace disponible a été recouvert. Le pilote a donc peint une énorme barre noire sur toute la longueur de son avion, symbolisant son statut en tant que l’as de chasse le plus doué de son armée. 



8. John Richard Boyd - le Maître de l’O.O.D.A. Loop (1927 - 1997)


John Richard Boyd

On ne rattache pas le nom de John Richard Boyd à un nombre de victoires aériennes démesurées. Néanmoins, Boyd est le premier pilote à devenir célèbre pour ses contributions révolutionnaires à la théorie du combat et à la prise de décision tactique. 


La carrière de Boyd débute dans l’US Air Force où il devient vite un pilote de chasse accompli. Toutefois, c’est son génie tactique qui le distingue véritablement. Il est notamment crédité de la création du concept de l’O.O.D.A Loop, qui signifie “Observation, Orientation, Décision, Action”. C’est un processus de prise de décision en combat qui met l’accent sur la vitesse et la flexibilité nécessaires afin de prendre l’avantage sur l’adversaire. Boyd est également à l’origine du concept de l’Energy-Maneuverability Theory, une approche mathématique d’évaluation des performances des avions qui a aidé à la conception des meilleurs aéronefs de l’histoire. 


John Richard Boyd a ainsi révolutionné les tactiques aériennes en enseignant aux pilotes des écoles du monde entier. Véritable visionnaire, son influence s’est entendue à la gestion d’entreprises, à la planification stratégique et même à la politique, où l’adaptabilité rapide est fondamentale. 


Anecdote : 


Pour prouver ses compétences en stratégie aérienne, Boyd a provoqué sur simulateur les meilleurs pilotes de chasse en duel. Il leur a proposé de les battre en utilisant un avion de sa propre conception, le “F 16 Fighting Falcon”. Les combats ont tous été gagnés par Boyd, les uns après les autres. Dès lors, le maître de l’O.O.D.A Loop est devenu le leader intellectuel de la tactique de combat aérien.



9. Jacqueline Cochran - L’étoile audacieuse du ciel (1906 - 1980)


Jacqueline Cochran

Pionnière intrépide et fervente avocate de l’égalité des sexes, Jacqueline Cochran a marqué son temps de manière indélébile. Pilote de chasse, enseignante d’aviation et recordwoman de vitesse, Cochran porte de multiples casquettes. 


La vie de Jacqueline Cochran démarre difficilement. Elle est abandonnée à la naissance et passe sa jeunesse auprès d’une famille de fermiers en Louisiane, dans une cabane sur pilotis qu’elle surnommait son “existence de castor”. Très jeune, elle est envoyée en Géorgie pour travailler dans une usine de textile, puis suit des cours d’esthétique afin d’ouvrir son propre salon. Alors qu’elle est encore esthéticienne, Cochran garde en mémoire son rêve d'enfant : voler. Elle suit ses premiers cours de pilotage à 26 ans, en parallèle de la création de son entreprise de cosmétiques. 


Jacqueline Cochran est surtout connue pour être la première femme à participer et gagner la prestigieuse course aérienne Bendix Trophy. Néanmoins, son palmarès ne s’arrête pas là. À 31 ans, elle établit un record de vitesse féminin en volant à plus de 480 km/h et est rapidement repérée par l’industrie aéronautique. Pendant la Seconde Guerre mondiale, Cochran joue un rôle essentiel en persuadant le gouvernement américain de créer le programme WASP (Woman Airforce Service Pilots), permettant à des milliers de femmes de piloter des avions militaires. Elle deviendra plus tard directrice du WASP. 


Après la guerre, celle-ci participe à des projets de recherche sur la haute altitude et la vitesse supersonique : elle devient la première femme à briser le mur du son en 1953. Elle reçoit ainsi la Médaille présidentielle de la Liberté et la Légion d’honneur française et laisse un héritage inspirant pour les générations futures de femmes pilotes.


Anecdote : 


Lors de la course Bendix Trophy en 1938, Jacqueline Cochran a rencontré des problèmes mécaniques majeurs avec son avion. Plutôt que d'abandonner, elle a effectué des réparations en volant à basse altitude et a fini quatrième, défiant les attentes et battant de nombreux pilotes masculins chevronnés.





10. Saburo Sakai - L’aigle de la mer du sud (1916 - 2000) 


Saburo Sakai

Saburo Sakai, quatrième plus grand as de l’aéronavale nippone, fait partie du “Trio des nettoyeurs” avec Ota et Nishizawa. Pilote de chasse de la marine impériale japonaise pendant la Seconde Guerre mondiale, il est surtout connu pour avoir volé plus de 1 000 km avec son côté gauche paralysé et un œil aveugle. 


Avec des ancêtres samouraïs forcés à devenir fermier après la guerre de Corée, Saburo Sakai est d’abord destiné à un travail dans les champs. À seulement 11 ans, son père décède et Saburo est adopté par son oncle maternel qui finance ses études à Tokyo. Il s’engage finalement comme matelot de troisième classe dans la marine japonaise à 16 ans.


Major de promo dans sa formation de pilote à Tsuchiura, Saburo Sakai reçoit une montre en argent de l’empereur Hirohito en personne. En 1938, il part à bord du Mitsubishi A5M pour son premier combat lors de la Seconde Guerre sino-japonaise. Avec 13 victoires aériennes à son actif, Sakai est envoyé au combat au-dessus de Guadalcanal. 


Durant la journée du 7 août 1942, celui-ci est grièvement blessé à la tête et devra voler pendant près de 5 heures (environ 1 000 km) pour rentrer à la base de Rabaul. Après plus de 60 victoires aériennes, Saburo Sakai participe au dernier combat aérien de sa carrière lors de l’attaque japonaise contre deux Consolidated B-32 Dominator en 1945. Il est l’un des seuls pilotes de son unité à avoir survécu à la guerre.


Anecdote : 


Après la guerre, Saburo Sakai décide d’écrire ses mémoires intitulées “Samouraï”. Elles deviendront un classique de la littérature de l’aviation.




Vous venez de découvrir l’histoire des as de combat, de ces maîtres des cieux qui ont marqué l’aviation par leurs exploits et leur dévouement. De Manfred Von Richtofen à Sabuto Sakai en passant par Jacqueline Cochran, chacun a non seulement démontré sonhabileté exceptionnelle mais a aussi contribué de manière significative à l’évolution des tactiques aériennes et des mœurs dans le monde aéronautique.






Crédit photo :

guillaume.rgn97 - F-16 Solo Display

Sanke card/Wikimedia - Manfred von Richtofen

George Grantham Bain Collection - René Fonck

USAF - Chuck Yeager

Robin Vansemmortier Collection - Edward Mannock

USAF - Jeannie Leavitt

Ministry of Defense of the Russian Federation - Ivan Kozhedub

Unknown/Wikimedia - Erich Hartmann

US Government - John Boyd

Musée de l'Air Paris - Jacqueline Cochran

Unknown/Wikimedia - Saburo Sakai


185 vues0 commentaire

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating
bottom of page